bois de chauffage

Aujourd’hui le chauffage représente plus de la moitié de la consommation totale d’énergie et est un des pôles de dépenses le plus important. Le chauffage au bois peut être une bonne alternative aux chauffages classiques.

Voici tout ce qu’il faut savoir pour bien choisir son bois de chauffage…

Catégorie jardinage : bois de chauffage


Choisir son bois de chauffage

Pourquoi se chauffer au bois ?

Le bois apparaît comme la moins chère des sources d’énergie, les familles s’équipent de plus en plus d’appareils utilisant le bois de chauffage comme les cheminées avec ou sans insert, les poêles à bûches, à granulés…

Réduire la facture d’énergie est pour nous tous objectif important, je rappelle que le coût du kwh du bois en bûche est de 5,5 € alors que celui de l’électricité est de 17,93 € (source 01 2018 ministère du développement durable).

Quel plaisir aussi de se retrouver auprès d’un feu de cheminée ou de gagner en confort avec ce chauffage d’appoint !

L’hiver approche et il s’agit de commander, préparer et stocker le bois de chauffage. Mais pour optimiser le rendement de votre appareil, le bois de chauffage doit être de qualité et répondre à différents critères. Suivez moi je vais vous aider à bien choisir…

1er critère : l’essence de bois

D’abord tous les bois de chauffage ne se valent pas en matière de chauffage, voici ce qu’il faut savoir sur les essences de bois.

La norme française classe les essences de bois en trois groupes, suivant leur pouvoir calorifique :

  • Le groupe 1 : qui comprend les bois durs, comme le chêne, le hêtre, le frêne, l’orme, l’érable, le bouleau…Ces bois ont le pouvoir calorique le plus élevé du fait de leur combustion lente et donne de bonnes braises et de belles flammes. Les bois secs de ce groupe fournissent 2000KWH par mètre cube.
  • Le groupe 2 : comprend des bois comme le châtaignier, l’acacia, quelques arbres fruitiers. Ils ont un pouvoir calorifique inférieur au premier groupe et offre seulement un pourvoir calorique de 1700kWh par mètre cube, même s’ils se consument aussi lentement.
  • Le groupe 3 : dans lequel se trouvent les autres essences comme l’aulne, le peuplier, le platane, le tilleul et les résineux. Ces bois ont un pouvoir calorique faible mais peuvent être intéressant pour démarrer un feu ou chauffer rapidement une pièce. Les poêles en céramique utilisent essentiellement des bois de ce groupe.

Vous l’aurez compris, c’est le bois dur du groupe 1 qui est recherché en chauffage pour son haut pouvoir calorifique et sa manière de se consumer lentement.

2eme critère, un bois de chauffage sec, c’est mieux !

Un bois de chauffage sec, c’est à dire avec un taux d’humidité inférieur à 20% et qui a séché au moins 18 mois après la coupe, il perd environ 30% à 40% d’humidité pendant ce temps.

Un bois humide brûle mal, il a un rendement calorifique faible, jusqu’à 2 fois inférieur au bois sec et risque aussi de déposer des résidus dans le conduit et l’encrasser. Afin de mesurer le taux d’humidité du bois j’utilise ###### l’hygromètre Wolfcraft

Pour résumer si le bois est trop humide on le stocke encore un peu et on diffère son utilisation.

Le stockage

Voyons maintenant le stockage, qui est aussi une étape importante dans le processus de chauffage, cette étape est nécessaire pour garder le bois sec et ainsi garantir un rendement optimal.

Le stockage se fera de préférence à l’extérieur dans un lieu ventilé et abrité de la pluie, surtout pas dans une cave ou un garage fermé. On garde en tête l’idée que le bois doit respirer, une bâche ou des tôles sur le dessus du tas et peut être des palettes en dessous pour éviter le contact avec le sol et laisser passer l’air.

Astuce : on n’oublie pas de le fendre avant de le ranger pour assurer un meilleur séchage !

Le prix

Le dernier critère est bien entendu le prix, l’unité de mesure légale du bois de chauffage est le MBA (mesure bois apparent) et la mesure stère, qui correspond en fait à 1m3 de bois apparent.

Attention : 1 stère de bûches en 1m de longueur équivaut à 1m3 apparent mais seulement 0,8m3 en 50cm et 0,6m3 en 25 cm de long.

Le volume change parce que les bûches étant de plus en plus courtes, elles laissent moins de vide entre elles mais la quantité de bois reste identique.

Le prix d’un mètre cube varie selon plusieurs critères :

  • L’essence du bois, rappelez vous que le groupe 1 a le meilleur pouvoir calorifique, il sera donc le plus cher
  • La dimension des bûches, plus les bûches sont courtes, plus elles sont chères, leur production a fait nécessité plus du temps et de la main d’œuvre
  • Le taux d’humidité, un bois sec nécessitant un stockage plus long après la coupe, au moins 18 mois, aura un coût aussi plus élevé
  • La région, le bois sera moins cher si vous habitez à proximité d’une zone forestière avec plus de concurrence
  • Le coût du transport, si l’exploitation est plus ou moins éloignée du lieu de livraison
  • La date de la commande, le bois est plus cher l’hiver quand la demande est plus forte
  • Les services supplémentaires, comme la livraison ou le rangement des bûches
  • Le nombre d’intermédiaires entre l’exploitation et la vente

Sachez que la fourchette de prix se situe entre 50 € et 100€ le stère. Comparez bien les prix surtout avec la même unité et faites jouer la concurrence.

Des alternatives à la bûche traditionnelle

Si vous n’avez pas de place pour stocker le bois de chauffage ou vous êtes dans l’attente du séchage du bois ou pour démarrer rapidement un feu, il existe aujourd’hui des alternatives au bois traditionnel, je veux parler des bûches de bois compressés.

Elles sont faites de sciures compressées de 30 cm de long avec un pouvoir calorifique très élevé, un taux d’humidité inférieur à 10 %. Ces bûches brulent très vites et chauffent fort, elles sont de plus faciles à stocker.

Elles sont prêtes à l’emploi et propres. Celles qui sont fractionnables sont encore plus pratiques.

Leur prix est très élevé, 2 à 6 fois plus chères que les bûches traditionnelles donc à utiliser d’une manière occasionnelle ou en complément des autres bois.

Il existe aussi des bûches de nuit qui se consument lentement la nuit afin de garder une petite chaleur dans le logement et facilite l’allumage du feu le matin.

Le bilan :

En résumé pour le meilleur rapport qualité prix, je choisis un bois de chauffage :

  • Dans le groupe 1, qui a le pouvoir calorifique le plus élevé
  • Sec, dont le taux d’humidité est inférieur à 20 % et au moins stocké pendant 18 mois
  • De 1m de longueur, le prix est moins élevé
  • Achèté directement auprès d’exploitants ou en regroupant les commandes pour bénéficier d’une une réduction du prix du stère ou des frais de livraison
  • En choisissant la date de la commande au printemps ou en été

Quel matériel pour préparer son bois de chauffage ?

Afin de préparer votre bois de chauffage vous aurez besoin d’un certain nombre d’accessoires, en voici quelques-uns…

Si débiter ou fendre du bois ne vous effraie pas, alors vous aurez besoin de machines et d’outils adaptés. La tronçonneuse ou la scie pour couper les bûches qui sont trop longues, pour rentrer dans votre cheminée ou poêles. Un chevalet servira à poser les bûches pour faciliter le tronçonnage.

Une masse et un coin permettent de fendre du bois avec force et facilité pour des bûches de moins de 35c, le merlin est aussi un bon outil pour cette tâche.

La hachette, pour casser le petit bois et refendre des petites bûches, ces bûchettes seront utiles pour l’allumage du feu.

Profitez bien de vos soirées au coin de la cheminée mais après la période de chauffe n’oublions pas le ramonage du foyer et des conduits, au moins une fois par an !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here