Conseil jardin : bien nourrir ses rosiers

nourir les rosiers
Conseil jardin : bien nourrir ses rosiers
4 (80%) 1 vote

Les rosiers sont des arbustes généreux mais gourmands : pour profiter de floraisons abondantes et prolongées, il est nécessaire de bien les nourrir.

Catégorie Jardinage : Rosiers
Niveau de difficulté : 2/5 (1/5 étant très facile)

Introduction :

Je suis une grande fan des rosiers : dans mon jardin, j’en cultive environ 300 variétés, avec une préférence pour les rosiers anciens et anglais. Ils m’offrent leurs fleurs opulentes entre mai et juillet pour les non remontants (ceux qui ne fleurissent qu’une fois par an), et entre mai et octobre-novembre pour les remontants (ceux qui enchaînent les floraisons).

Les rosiers sont des arbustes qui demandent certains soins pour être généreux : outre la taille à effectuer en février-mars (qui fera l’objet d’un autre article), il est nécessaire de bien les nourrir. Deux types d’apports leur sont utiles : les amendements et les engrais. Il y a différentes écoles concernant la nourriture des rosiers : je vous donne ici simplement la formule qui marche chez moi, sans prétendre en faire une vérité universelle !

Nourir les rosiers

Les amendements

L’objectif des amendements n’est pas de nourrir directement les plantes, mais d’améliorer la terre. Cette étape est vraiment indispensable pour les rosiers, même si votre terre est riche : elle s’appauvrira nécessairement au fil des ans si vous ne la rechargez pas en matière organique.

Quel amendement choisir ?

Les amendements peuvent être de deux types : du fumier composté (surtout pas frais, ça brûle les plantes !), ou du compost de matières végétales. Les deux peuvent être employés indifféremment.

Vous pouvez produire votre compost vous-même ou l’acheter en sac. Le fumier (idéalement de cheval) peut également être acheté en sacs, à moins que vous n’ayez à proximité une ferme ou un hara où aller le chercher en vrac : on peut ainsi souvent s’en procurer gratuitement. Le fertilisant Or Brun en sacs (ou équivalent d’autres marques) est également un excellent amendement, qui mêle du compost végétal et des algues compostées – mais il est assez cher (environ 20 € les 40 kg).

Nourir les rosiers

Quand et comment l’utiliser ?

L’amendement peut être épandu au pied des rosiers à l’automne (en novembre) ou à la fin de l’hiver (février/mars). Toutefois, si vous avez manqué ces deux périodes idéales, vous pouvez encore en apporter sans problème jusqu’à la fin juin.

Que vous utilisiez du compost ou du fumier, le principe est le même : épandez-en deux bonnes pelletées au pied de chaque rosier. Inutile de griffer pour l’intégrer au sol : les pluies et les lombrics incorporeront peu à peu l’amendement à la terre, améliorant ainsi sa structure.

Nourir les rosiers

L’engrais

Contrairement aux amendements, l’engrais vient apporter aux plantes des nutriments directement utilisables.

Quel engrais choisir ?

Pour éviter de polluer la terre de votre jardin, utilisez uniquement des engrais organiques et bannissez les engrais chimiques. Attention aussi à ne pas prendre d’engrais coup de fouet (qui ne sert pas à grand-chose), mais bien un engrais à l’action longue durée. Mon favori est l’engrais organique Rosiers et arbustes à fleurs de la marque Or Brun, bien équilibré et utilisable en agriculture biologique. Je l’achète en sacs de 5 kg, plus économiques que les boites (environ 15 € les 5 kg).

Nourir les rosiers

Quand et comment l’utiliser ?

Si l’amendement est indispensable à la bonne santé des rosiers, l’engrais est un luxe qui vient booster leur développement et leur floraison. Certains rosiéristes de renom n’en emploient pas du tout, tandis que d’autres le déclarent indispensable… A chacun de se faire une opinion !

Pour ma part, j’en utilise deux fois par an :

  • Au moment du débourrage des feuilles (mars ou début avril), pour donner un bon départ aux plantes pour la saison,
  • Puis, uniquement pour les rosiers remontants, après la première vague de floraison pour stimuler une bonne remontée (fin juin).

A ces deux périodes, je jette une bonne poignée de ces petits granulés au pied de chaque rosier.

Nourir les rosiers

Idéalement, il faut gratter la terre pour les intégrer à la couche superficielle du sol, mais j’avoue que je m’en dispense souvent et cela ne pose pas de problème majeur : les pluies diluent l’engrais et le font pénétrer dans la terre.

Dans tous les cas, n’apportez plus d’engrais aux rosiers après le mois de juillet : ils produiraient trop de nouvelles tiges qui n’auraient pas le temps de s’aoûter (c’est-à-dire devenir dures) avant les premiers froids, et la plante en serait fragilisée.

Observer ses rosiers pour mieux répondre à leurs besoins

Si tous les rosiers ont besoin d’une terre riche pour bien fleurir, ils ne sont pas tous également exigeants. De façon générale, on peut dire que les rosiers non remontants sont moins gourmands que les remontants : une fois leur floraison passée, il n’est plus utile de les nourrir jusqu’à l’année suivante.

Nourir les rosiers

Ensuite, certaines variétés, moins vigoureuses que d’autres, ont particulièrement besoin d’être nourries pour bien se développer et fleurir : sans apport d’engrais, elles resteront chétives et peu florifères. D’autres au contraire, naturellement vigoureuses, se contenteront d’un apport annuel de compost et n’auront pas besoin d’engrais.

La nature de la terre de votre jardin entre aussi en compte : une terre riche et argileuse nécessitera moins d’apports qu’une terre pauvre et/ou sableuse, dont les nutriments sont rapidement lessivés par la pluie. Vous repèrerez peut être aussi différentes zones dans votre jardin, certaines plus riches que d’autres.

Nourir les rosiers

Comme souvent au jardin, il est donc nécessaire d’apprendre à connaître votre terre et vos plantes, d’observer leur évolution sur plusieurs années afin d’adapter vos apports en fonction des besoins de chaque rosier.

Liens vers d’autres articles ou rubriques :

Retrouvez d’autres articles dans notre rubrique Jardinage

Mentions légales :

Certains produits sont dangereux – Respectez les précautions d’emploi.
Pour tous travaux de jardinage, pensez à porter les protections adaptées.

A propos de l'auteur

Claire
Claire
Pas vraiment bricoleuse mais totalement passionnée de jardin, je teste pour vous tout l’outillage jardinier sur mon terrain de jeu de 2200m2. Avec moi, il faut que ce soit solide et facile d’utilisation ! Vous pouvez aussi me retrouver sur le blog : Derrière les murs de mon jardin ou sur la page Facebook de mon jardin.

Soyez le premier à commenter cet article concernant "Conseil jardin : bien nourrir ses rosiers"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*